Podologie fonctionnelle
Accueil Méd. phys. & réadaptation Consultations Scoliose La cyphose dystrophique Cyphose des personnes âgées Mal de dos Genou Podologie fonctionnelle Epaule Ostéochondroses Polyhandicapé CHP Saint-Grégoire Formations Liens utiles

 

Appareillage podologique : principes et indications

1. Les principes

Comme pour un médicament, la prescription d'un appareillage répond à une logique précise. Les indications se fondent sur une bonne connaissance de la mécanique articulaire et musculaire. Dans la mesure du possible, on tient compte des goûts esthétiques du patient, mais il faut savoir expliquer ce qui est raisonnablement possible et ce qui ne l'est pas.

Pourquoi appareiller ?

  •  Pour soutenir le pied s'il est affaissé (pied plat)
  •  Pour stabiliser un pied qui a tendance à capoter (pied varus)
  •  Pour décharger des appuis excessifs (douleurs d'appui, maux perforants)
  •  Pour corriger ou compenser une déformation, une paralysie.
  •  Pour amortir des contraintes, en particulier au talon.
  •  Pour éviter des conflits au niveau des orteils ou du dos du pied (griffes des orteils avec durillons, par exemple).

Les semelles orthopédiques ne peuvent agir que par une modification des appuis au sol.

  •  Elles peuvent donc soutenir, équilibrer, décharger et amortir.
  •  Mais elles sont impuissantes vis a vis de certains problèmes, qui requièrent d'autres types d'appareillage : hallux valgus, griffe des orteils, conflit au dos du pied, traitement de douleurs inflammatoires, infectieuses ou tumorales, chute du pied par paralysie des releveurs, déformations importantes du pied.

2. Les indications générales

Les semelles permettent de régler beaucoup de problèmes courants :

  •  Douleurs antérieures d'appui (métatarsalgies), parfois accompagnées de pieds creux.
  •  Certaines douleurs au talon : aponévrosite plantaire, tendinite d'Achille...
  •  Affaissement en pied plat, qui peut être responsable de douleurs de surcharge mécanique à la partie moyenne du pied (médio-pied).
  •  Instabilité en varus : entorses répétées, déformation anormale des chaussures.
  •  Inégalité de longueur des membres inférieurs, si elle dépasse 1 cm.

Les déformations importante du pied (avant-pied triangulaire, griffe importante des orteils, pied très plat ou très creux), l'impossibilité de caser des semelles efficaces dans des chaussures du commerce, justifient le recours à des chaussures orthopédiques sur mesure ou sur moulage.

Les déformations des orteils (hallux valgus, griffe, orteil en marteau) ne peuvent pas être corrigées par des semelles. Il faut faire des orthoplasties en silicone, portée sous le bas et la chaussette, dans des chaussures de série ou dans des chaussures orthopédiques, si nécessaire. Avec ces dernières, il est encore possible de recourir à d'autres artifices.

Le pied tombant par paralysie des releveurs, doit être traité par un appareillage prenant appui sur le mollet et sous la plante. On a le choix entre un releveur en plastique de série, une orthèse en plastique moulé et entre différents modèles de chaussures orthopédiques.

Les séquelles traumatiques de l'arrière pied imposent généralement un chaussage orthopédique permettant une immobilisation, une compensation et un amortissement.

Dans le cas du pied rhumatoïde, l'appareillage fait partie de la prise en charge globale, en association avec le traitement de fond et les gestes locaux (infiltrations, synoviorthèses).

Chez le diabétique, le contrôle du chaussage comme de l'état du pied doit être rigoureux. Il faut décharger les points d'appui excessif (risque de mal perforant plantaire), et éviter tout conflit au niveau des orteils.

Enfin, certains cas particuliers n'ont pas de solution standardisée, mais imposent un effort d'imagination pour trouver une solution personnalisée.

 

-

Nouvelles illustrations en préparation

 

Protocole pratique pour l'appareillage orthopédique en podologie

La consultations médico-technique d'appareillage : lorsqu'un patient indique au téléphone qu'il a un problème de pied, un rendez-vous lui est donné dans les créneaux réservés à la consultaton médico-technique d'appareillage. Ceci permet une collaboration étroite entre le médecin de réadaptation et le podo-orthésiste spécialisé qui fabriquera l'appareillage, s'il est indiqué.

Cela ne veut pas dire qu'un appareillage sera automatiquement prescrit ! Beaucoup d'appareillages inutiles peuvent être évités et nous n'avons qu'un seul souci : apporter un service réel au patient.

Si un appareillage est indiqué, la procédure est la suivante :

  •  Examen en commun du patient, choix de la solution qui convient le mieux au problème à traiter, en tenant compte des impératifs techniques et des goûts du patient. La prise des mesures ou moulages est faite immédiatement.
  •  Essai de l'appareil.
  •  Livraison de l'appareil.
  •  Contrôle à distance.

Les délais habituels sont les suivants :

  •  Pour des semelles orthopédiques et autres orthèses : essai et livraison à moins d'une semaine.
  •  Pour les chaussures orthopédiques : essai à 15 jours, livraison à 5 semaines de la première consultation, contrôle 1 à 2 mois après. Ces délais plus longs sont imposés par la technique de fabrication plus complexe (les chaussures sont faites à la main).

Auteur : Dr Georges de Korvin